Accueil ~> Pratique ~> 1995-2000

Espace flottant d’une lamelle, d’un fragment de cellules picturales,

fines pellicules de derme trahissant son être par ses strates,

la peau est son écrin.

Coincée entre deux plaques de verre paradoxalement fragiles,

elle devient pièce de laboratoire,

lieu de l’émergence,

l’œuvre transparaît en suspension.

Cadre comme étau, cadre comme cocon,

il est mise en boîte,

archivage de lamelles picturales dont la seule issue reste le mur.